Actualités

Un lundi matin chez Bioagricola

Bioagricola Bougarber

01-08-2020

Un des nombreux avantages de se fournir chez des producteurs locaux? Pouvoir leur rendre visite et mieux comprendre comment ils travaillent pour mieux vous en parler.


L’équipe vente de la Cueillette a passé une matinée avec Ernest de Bioagricola à Bougarber, qui produit et transforme ses céréales, cultivées en agriculture biologique, en farine de qualité. Véritable passionné, Ernest a su nous captiver et la visite est passée à toute vitesse!

De la farine moulue à la ferme

Voilà 100 ans que la ferme existe et 20 ans qu’elle est convertie au BIO. L’équipe de Bio Agricola produit du blé, du soja, du maïs et du sarrasin sur 140 ha. Afin de rentabiliser la production de blé, nécessaire à la rotation des cultures, la ferme fait le choix de transformer la récolte de blé en farine dans un moulin à quelques heures de la ferme. Il y a quatre ans, ils vont plus loins et achètent un moulin d’occasion afin d'être autonomes et réduire les coûts. L’installation est impressionnante: elle occupe plusieurs étages d’une des granges. Ernest et son équipe n’y connaissaient rien en farine, moulin ou meules et l’entraide n’était pas toujours au rendez-vous (chacun son métier…) mais l’agriculteur, motivé,a appris sur le tas!

“C’est un autre métier: c’est pas juste mettre des grains dans un moulin!”

Après 3 ans d’expérimentations, le moulin tourne enfin à plein régime grâce à la méthode des frères Astrié: des meules à stries permettent de préserver le grain sans échauffer la farine. Le résultat? Une farine de qualité dans laquelle tous les nutriments et éléments minéraux sont présents Grâce à différents tamis, on obtient des farines de différents taux de cendr (le fameux T..) qui correspond au pourcentage d’éléments minéraux. Ainsi une farine fine comme la T110 est très intéressante d’un point de vue nutritionnel. 

 

Des blés rustiques, et une agriculture biologique

Ce travail de recherche commence bien en amont du moulin! Depuis quelques années, Ernest expérimente la culture de blés anciens. Ces variétés sont plus résilientes et s’adaptent à des sols pauvres. Plus hauts que les blés modernes, ils prennent aussi le dessus plus facilement sur les “mauvaises herbes”. Enfin, ils sont bien plus riches en éléments minéraux et vitamines, parfait pour la fabrication de pain artisanal. La récolte de ces blés anciens aura lieu fin juillet. La population (mélange de variétés) créée par Ernest sera transformée en farine pour la première fois cette année.


Ernest nous a aussi parlé de la culture en BIO et de l’importance du semis afin de contrôler les adventices qui pourraient prendre le dessus assez rapidement sur une récolte. En BIO, l’agriculteur ne peut pas compter sur un désherbant chimique. Il doit donc mécaniquement, grâce au binage, se débarrasser des herbes en concurrence avec les céréales, dès leur apparition.

Au milieu des champs, où le blé craque et les coccinelles s’affairent, les informations affluent et les questions fusent. Encore merci à Ernest de s’être prêté au jeu et d’avoir pris le temps de partager ses connaissances avec nous!

Vous pouvez retrouver à l’épicerie le fruit du labeur d’Ernest et son équipe: farine de blés rustiques T55, T80 et T110 en sacs de 5kg et en vrac ainsi que la farine de sarrasin en vrac.